Actualités

Les HMO pourraient jouer un rôle protecteur dans les infections et autres maladies immunitaires

mars 27, 2019

Vassilis Triantis de Friesland Campina, Pays-Bas, et ses confrères de l’Université de Californie, États-Unis et de l’Université de Wageningen, Pays-Bas, ont fait un état des lieux des connaissances récentes du rôle des oligosaccharides du lait maternel (Human Milk Oligosaccharides HMO) dans le développement et la modification des réponses immunitaires, et leurs éventuels bénéfices pour la santé. Sur la base de leurs travaux, les chercheurs ont suggéré que les HMO permettaient de prévenir les infections gastro-intestinales et respiratoires. Une quantité importante de HMO fucosylés dans le lait maternel a entraîné une réduction de l’incidence des diarrhées, et un HMO seul, le 2’FL (2' -fucosyllactose) a exercé un effet similaire sur la diarrhée induite par Campylobacter. De même, le LDFH-I (lacto-N-difucohexahose-I) a la capacité d’induire une protection contre les diarrhées à calicivirus chez les nouveau-nés. En outre, les HMO peuvent modifier la composition du microbiote rhinopharyngé, une action qui peut entraîner une protection contre les infections respiratoires au cours de la petite enfance. Chez les nourrissons recevant des formules infantiles supplémentées avec deux HMO, 2’FL et LnNT (lacto-N-néotétraose), les cas de bronchites et d’infections des voies respiratoires inférieures sont moins fréquents, et l’utilisation d’antipyrétiques ou antibiotiques est également réduite. Les HMO peuvent également avoir un effet direct ou indirect sur les allergies. Des études suggèrent que le lait de mères de nourrissons présentant une allergie aux protéines de lait de vache (APLV) montre des concentrations inférieures en certains HMO. Un lien a également été établi entre le statut sécréteur des mères et une apparition retardée de l’APLV. Une incidence inférieure de l’eczéma par voie des IgE a également été constatée chez les nourrissons nés par césarienne de mères sécrétrices. Les HMO peuvent également avoir des effets anti-inflammatoires. Les nourrissons recevant des formules infantiles supplémentées en HMO, comme le 2’FL, présentent des concentrations plasmatiques inférieures de cytokines inflammatoires par rapport à ceux qui reçoivent une préparation de contrôle sans HMO. Au cours d’études précliniques, il a été montré qu’une supplémentation en HMO modifiait la composition du microbiote intestinal, et la production des acides gras à chaîne courte (AGCC), ce qui peut prévenir la progression spontanée du diabète de type 1 chez l’animal. Les auteurs pensent que d’autres études cliniques fourniront davantage d’éléments démontrant les bénéfices supplémentaires des HMO ajoutés aux formules infantiles, ce qui pourrait élargir la fonctionnalité des prébiotiques tels qu’ils sont utilisés aujourd’hui. En outre, les effets thérapeutiques éventuels des HMO dans les maladies immunitaires chez l’homme nécessitent des preuves complémentaires.


Source : Triantis V, Bode L, Joost van Neerven R J. Immunological effects of human milk oligosaccharides. Front Pediatr. 2018 Jul;6(190).