Actualités

Les troubles fonctionnels intestinaux associés et fréquents chez les nourrissons diminuent-ils leur qualité de vie ?

févr. 04, 2019

Des troubles fonctionnels intestinaux (TFI) surviennent fréquemment dans la petite enfance, et constituent l’une des principales raisons de consultation chez le pédiatre. Très peu de recherches ont été effectuées pour comparer les nourrissons présentant une seule manifestation par rapport à ceux qui développent plusieurs symptômes – ainsi que l’impact sur leur qualité de vie. Les TFI, principalement coliques et régurgitations, représentent environ 25% des consultations médicales des nourrissons âgés de moins de quatre mois. 

Les données épidémiologiques sur les TFI chez les nourrissons sont limitées, peu d’informations ayant été collectées chez les pédiatres libéraux. Les TFI sont décrits comme des entités séparées, mais certaines preuves montrent que ces troubles surviennent de façon associée. Des altérations du microbiote intestinal ont été liées à plusieurs conséquences gastro-intestinales, notamment un retard de maturation intestinale, des coliques infantiles ou un excès de gaz et ballonnements, témoignant d’une possible interconnexion entre ces symptômes. Une récente étude française a été réalisée pour comparer les données démographiques et facteurs cliniques de nourrissons présentant un seul TFI à ceux en présentant plusieurs.  

L’étude a inclus 273 pédiatres libéraux à travers la France. 2 800 nourrissons ont recrutés et examinés par eux afin de décrire l’incidence et l’impact des TFI seuls ou associés sur les nourrissons au cours des six premiers mois de vie. Les nourrissons étaient en bonne santé, nés à terme et âgés de quelques heures à six mois. Les nourrissons inclus ont été examinés pour la première fois avec un ou plusieurs troubles digestifs mineurs. Parmi les nourrissons inclus dans l’étude, 21,8% présentaient un seul TFI, et 78% plusieurs, parmi lesquels 63% avec 2 symptômes et 15% avec au moins trois. Les régurgitations ont été le symptôme le plus fréquent dans le groupe des TFI seuls, tandis que la constipation a montré l’incidence la plus faible. Les gaz/ballonnements avec colique ont été l’association la plus fréquente du groupe des TFI associés, et les coliques le symptôme apparenté le plus fréquemment diagnostiqué, chez près de 80% des patients.  

Les pédiatres devaient aussi noter les détails démographiques et évaluer l’impact sur la qualité de vie des TFI pour l’enfant et sa famille. 

La comparaison des nourrissons présentant un seul TFI à ceux en présentant plusieurs a révélé que les TFI multiples étaient associés à des facteurs démographiques et cliniques similaires, et que la présence de ces troubles associés exerçait un impact négatif sur la qualité de vie.  

Il a été observé que de multiples TFI étaient significativement associés à une prise de poids plus faible, une prescription plus importante de médicaments, une durée d’allaitement plus courte et une qualité de vie moindre. Les pédiatres et les parents doivent avoir conscience de ces facteurs chez les nourrissons présentant de multiples TFI. Des stratégies pour améliorer la qualité de vie doivent être développées et mises en œuvre.