News article

Les Interventions Nutritionnelles Pour Diminuer La Prevalence De Surpoids Et De L'obesite

Posted:  Monday, September 01, 2014

(Préparé par Cécile van Niekerk sous la supervision de Gerda Gericke et Zelda White)

Il existe de nombreuses interventions pour la prévention du surpoids et de l'obésité infantile. L'obésité est une maladie à part entière et nécessite une intervention, même si des co-morbidités sont absentes. Il existe trois niveaux de prévention, à savoir la prévention universelle qui se concentre sur la population en générale, la  prévention sélective qui met l'accent sur les groupes de population à haut risque, et la prévention ciblée qui met l'accent sur les inpidus qui sont diagnostiqués comme étant en surpoids.

Un changement de style de vie est la question la plus importante à aborder lorsque l'on cherche à prévenir l'obésité infantile. Le contrôle du poids du corps est le centre de celui-ci et devrait être composé d'objectifs raisonnables de poids avec un composant de l'alimentation saine, un volet activité physique ainsi qu’une composante psychologique et comportemental. Chaque plan de prise en charge doit être inpidualisé, réaliste, et maintenable et devrait contribuer au bien-être général.

La consultation d’experts de l’OMS sur l'obésité a identifié des programmes publique de prévention de l'obésité comme les priorités d'action immédiate. Ces programmes sont basés sur des principes où l'intervention est axée sur l'éducation, et aborde principalement des facteurs environnementaux et sociaux afin de promouvoir un changement des comportements. Il comprend également l'éducation sur l'activité physique accrue, l'intégration de nouvelles initiatives au sein des programmes existants qui sont tous basées sur des preuves scientifiques et correctement suivies, évaluées et documentées. Pour assurer la viabilité des programmes de prévention et de soins de santé primaires, les programmes doivent garantir une amélioration de la consommation alimentaire, l'activité physique et les niveaux d'obésité au fil du temps. Cela nécessite le soutien politique ainsi que la collaboration intersectorielle et la participation communautaire, qui sont autant de facteurs essentiels à la réussite.

Le mode de prestation des programmes de prévention doit également être envisagé. Les possibilités incluent les groupes auto-initié comme on le voit avec les programmes d'auto-assistance, aussi des programmes non cliniques fournis par des professionnels formés à des groupes ou des inpidus, et des programmes cliniques offerts par les professionnels des soins de santé certifié pour les autres professionnels, les groupes ou les inpidus.

Mise en œuvre de l’éducation sanitaire

L'école est l'environnement idéal pour la mise en place des interventions contre l'obésité infantile parce que les écoles sont déjà établies comme des cadres appropriés pour les activités de promotion de la santé. Une grande partie de la population est constitué des enfants allant à l'école et ils sont disponibles sur des périodes de temps prolongées dans un milieu où l'éducation et l'apprentissage sont la norme. Il y a aussi des preuves que la participation de la famille à des programmes de promotion de la santé peut influencer positivement la communauté au sens large. La performance de l'enseignement et l'apprentissage des enfants en âge scolaire peuvent être améliorée lorsque leur état de santé générale est amélioré grâce à l'éducation sanitaire.

De la RCT PEACH menée avec des enfants préadolescentes obèses il a été démontré que les stratégies de gestion de poids les plus efficaces sont les approches axées sur le rôle  des parents à prendre l'entière responsabilité dans la mise en œuvre des stratégies. Une perte de poids relative de 10% a été observée et maintenue pendant deux ans à partir de la ligne de base. Mettre à contribution les parents dans les stratégies de gestion de poids peut être une stratégie efficace dans la prévention de l’obésité secondaire. En outre, les enfants sont très dépendants de leurs parents qui contrôlent en grande partie la nourriture servie à la maison. Quand les aliments nutritives appropriés sont consommés à la maison, les tentations environnementales à consommer les aliments trop gras et trop riche en calorie sont réduites, et après le régime alimentaire sain est renforcée. Les membres de la famille peuvent servir de bons modèles pour une alimentation appropriée et encourager les comportements sains à l'enfant. Les enfants ont aussi tendance à imiter souvent les habitudes alimentaires de leurs parents. Les parents doivent donc soutenir leurs enfants en étant des modèles eux-mêmes. Les parents ne doivent pas harceler ou critiquer sur les questions d'alimentation et de poids, et devraient plutôt utiliser le renforcement positif et les féliciter quand les comportements alimentaires corrects sont respectés.

L'éducation axée sur le comportement

L’éducation nutritionnelle axée sur le comportement est appropriée comme technique à utiliser, y compris l'apprentissage cognitif (comment choisir un régime alimentaire sain), l'enseignement affectif (adresser la motivation pour le changement) avec les composantes comportementales (la sélection de nouveaux choix alimentaires). Des études indiquent que les interventions qui mettent l'accent sur les changements de comportement spécifiques se traduisent par plus de changements que dans une approche plus générale de l'éducation nutritionnelle. La théorie de l'apprentissage social (TAS) met l'accent sur l'interaction entre les facteurs inpiduels, comportementaux et environnementaux et est populaire pour les interventions en milieu scolaire visant à promouvoir des changements dans l'activité physique et l’alimentation saine. La plupart des programmes d'éducation nutritionnelle dans les études de meilleurs résultats cliniques, qui ont abouti à un changement de comportement, recouraient à des stratégies d'enseignement fondées sur le TAS qui suggère que la plupart des comportements de santé sont apprises dans un contexte social. Dans ces programmes accroitre les connaissances ne devrait être que l'un des nombreux objectifs. La connaissance de la nutrition seule ne permettra pas une jeune personne à adopter des habitudes alimentaires saines. Bien que l'association entre les connaissances et les habitudes alimentaires à été jugée faible, il a été rapporté que les connaissances en nutrition reste vitale pour le succès. Par conséquent les approches centrées sur le comportement, pour le renforcement des compétences par exemple, l'établissement d'objectifs et les expériences visant à améliorer l'efficacité  sont nécessaires. Les changements de comportement ne peuvent être  maintenus si le milieu scolaire ne supporte pas les changements et l'environnement de la maison ne renforcent pas les intentions. Dans les premières années d'études, les programmes axés sur la famille ont été trouvés plus efficace que pour les élèves du secondaire.

Les stratégies éducatives qui impliquent activement les apprenants sont préférées et les techniques passives indésirable. La curiosité peut être stimulée par une fantaisie d'un jeu, un jeu ou un puzzle ainsi que de la musique, des couleurs vives ou des effets visuels. Pour stimuler la curiosité cognitive différent niveaux de difficulté, de la concurrence, bingo de la nutrition ou de chasses au trésor peut être utilisé. Les sujets considérés comme essentiels pour les enfants de l'école peuvent inclure la pyramide du guide alimentaire, les avantages d'une alimentation saine, des choix alimentaires sains et la préparation des repas et des collations, manger une variété d'aliments, de manger plus de fruits, légumes, céréales et les aliments riches en calcium, en mangeant les lipides moins saturées, moins d’aliments gras, moins de sucre et sel, lire et interpréter les étiquettes des aliments, équilibrer l'apport alimentaire avec l'activité physique, l'acceptation des différences de poids corporelle, et les pratiques en matière de sécurité alimentaire.

Dans une étude (étude d'intervention MARG) l'intervention de l'éducation pour les enfants âgés de huit à dix ans des conférences ont étés conduit par les présentations PowerPoint facilement compréhensible avec des personnages de dessins animés, des images et des citations intéressantes. Les conférences ont été suivies par des discussions interactives où le diététicien a abordé des questions liées à la nutrition des apprenants et de leurs parents. Une brochure d’information facile à comprendre, attrayante a été distribuée en tant que matière à emporter pour renforcer les leçons reçues à travers les conférences et les discussions de groupe.

Chaque leçon des programmes d'études PATHWAYS inclus trois à quatre activités en classe qui se composait de deux séances de 45 min par semaine pour un total de 12 semaines. Le programme a été élaboré par un groupe de travail du programme d'études qui comprend une équipe multidisciplinaire de différentes universités représentées, les représentants des nations amérindiennes et les enseignants. Le curriculum de classe du programme PATHWAYS inclus les leçons adaptées à la culture qui composé des connaissances tribales, des cartes des Pays du programme PATHWAYS et des histoires amérindiennes. Les activités en salle de classe et les devoirs ont étés élaborées pour promouvoir de habitudes alimentaires saines et améliorer les niveaux d'activité physique. Un environnement de renforcement de l'intérêt de l'apprenant a été créé par bande sonore de la musique de flute amérindienne au début de chaque leçon. L'objectif de ces leçons est l'importance d'une vie saine et équilibrée et pas la prévention de l'obésité en tant que telle. Certaines des activités du programme devaient aider les apprenants à se fixer des objectifs personnels, à préparer des collations saines, gouter les nouveaux aliments, et par conséquent faire des choix alimentaires sains et rester physiquement active en jouant des jeux culturels au cours des pauses.

Meilleurs Résultats Cliniques des interventions pour la prévention du surpoids et de l'obésité

Les tableaux de données sur les interventions visant à améliorer le régime alimentaire et l'activité physique ont été compilés pour l'OMS. «Les interventions sur l'alimentation et l'activité physique: Ce qui marche» traite de la responsabilité de l'OMS et les parties prenantes du monde à prendre des mesures pour améliorer l'apport alimentaire et augmenter l'activité physique. Trois cent quatre-vingt quinze études examinées par des pairs ont rencontré les critères d'inclusion, qui a ensuite été résumées dans un tableau, présentées en huit catégories à savoir la politique et de l'environnement, les médias de masse, l’environnement de l'école, le travail, la communauté, les soins de santé primaires, les adultes plus âgés et les paramètres religieuses. L'information a été utilisée sur les parties applicables de l'intervention, sur trois principales mesures de résultats, et sur des critères qui peuvent être utile pour les décideurs qui cherchent un régime alimentaire et l'intervention de l'activité physique.

La meilleure pratique est définie par l'OMS comme «le plus susceptible d'être efficace et se réfère à des études / interventions qui ont généralement été fondées sur l'évaluation formative avec une conception expérimentale ou une étude avec un large échantillonnage et avec des effets significatifs et substantiels sur les variables de résultat spécifiés." Les études qui remplissent ces critères peuvent être appliquées à une plus grande variété de situations et démontrent la faisabilité et la durabilité dans leur contexte spécifique.

De nombreuses études ont été classées comme les meilleures pratiques en ce qui concerne le comportement, y compris « PATHWAYS, CATCH, High-5, KYBP », bien manger et continuer à bouger,  « Healthy Start » et « Squire’s test ». L'intervention PATHWAYS a fortement insisté sur l'identité culturelle et a été basée sur la théorie de l'apprentissage social avec un programme très complet impliquant les enseignants, les parents, les enfants et la cantine de l'école. CATCH avait pour cible le personnel et les gestionnaires de services alimentaires pour encourager la faible consommation de matières grasses totales, des lipides saturées et de sodium dans les repas scolaires avec le résultat très réussi où même après cinq ans 50% des écoles dans l’intervention respectaient les objectifs de faibles consommation de lipides comparativement à seulement 10% des écoles de contrôle. Les projets de High-5 étaient très semblables à PATHWAYS avec un accent sur la participation des parents, le programme de l'école ainsi que d'un composant de service alimentaire et ont trouvé une augmentation significative de la consommation de fruits, de légumes, de fibres, de bêta-carotène et de la vitamine C. « Squire Test »a été un jeu interactif destiné aux enfants des écoles primaires où ils ont trouvé que les enfants qui participent à ce jeu multimédia ont considérablement augmenté leur consommation de fruits et légumes avec une portion quotidienne au-dessus de l'apport du groupe de contrôle.

En conclusion, pour réussir à changer le comportement alimentaire, les interventions doivent viser à modifier le comportement alimentaire de l'enfant en ce qui concerne les facteurs inpiduels, comportementaux et environnementaux. Les interventions en milieu scolaire peuvent avoir les meilleurs résultats en terme d’impact comportemental et psychosocial si un programme axé sur la nutrition est offert à l'école par des enseignants formés, et comprend également un programme d'activité / composante physique et une composante de la famille / des parents.

Références 

  1. World Health Organisation 2009. Intervention on diet and physical activity: What works Summary Report http://www.who.int/dietphysicalactivity/whatworks 
  2. Kruger HS, Puoane T, Senekal M, van der Merwe MT. Obesity in South Africa: challenges for government and health professionals. Public Health Nutr. 2005; 8(5):491-500.
  3. Summerbell CD, Ashton V, Campbell KJ et al, Interventions for treating obesity in children. Cochrane Database Syst Rev. 2003; (3): CD001872. 
  4. Steyn NP, Bradshaw D, Norman R, Joubert JD, Schneider M, Steyn K. Dietary changes and the health transition in South Africa: Implications for Health Policy. Cape Town: South Africa Medical Research Council, 2006. http://www.sahealthinfo.org/lifestyle/dietaccess.htm
  5.  American Dietetic Association. Position of the American Dietetic Association: Nutrition guidance for healthy children ages 2 to 11 years. J Am Diet Assoc. 2008; 108: 1038-1047.
  6. Magarey AM, Perry RA, Baur LA, Steinbeck KS, Sawyer M et al. A parent-led family-focused treatment program for overweight children aged 5 to 9 years: The PEACH RCT. Pediatrics 2011; 127:214-222. 
  7. Stevens J, Cornell CE, Story M, French S, Levin S et al. Development of a questionnaire to assess knowledge, attitudes and behaviours of American Indian children. Am J Clin Nutr. 1999; 69(suppl): 773S-81S. 
  8. Holli BB, Calabrese RJ, O’Sullivan Maillet J. Communication and education skills for dietetics professionals, 4th ed. Baltimore:  Lippincott Williams& Wilkins, 2003. 
  9. Edmundson E, Parcel GS, Perry CL, Feldman HA, Smyth M et al. Effects of the Child and Adolescent Trial for Cardiovascular Health (CATCH) on fruit and vegetable intake. Journal of Nutrition 1998, 30(6):354–360.
  10. Davis SM, Clay T, Smyth M, Gottelsohn J, Arviso V et al. Pathways curriculum and family interventions to promote healthful eating and physical activity in American Indian schoolchildren. Prev Med. 2003, 37:S24–S34.  
  11. Shah P, Misra A, Gupta N et al. Improvement in nutrition-related knowledge and behaviour of urban Asian Indian school children: findings from the ‘Medical education for children/Adolescents for Realistic prevention of obesity and diabetes for healthy aGeing’ (MARG) intervention study. Br J Nutr. 2010; 104: 427-436. 
  12. Caballero B, Clay T, Davis SM, Ethelbah B, Rock BH et al. Pathways: a school-based, randomized controlled trial for the prevention of obesity in American Indian schoolchildren. Am J of Clin Nutr, 2003, 78(5):1030–1038. 
  13. Stevens J, Story M, Ring K, Murray DM, Cornell CE et al. The impact of the Pathways intervention on psychosocial variables related to diet and physical activity in American Indian school children. Preventive Medicine, 2003, 37(6):S70–S79.
  14. Draper CE, de Villiers A, Lambert EV, Fourie J et al. HealthKick: a nutrition and physical activity intervention for primary schools in low income settings. BMC Public Health 2010; 10:398-99. 
  15. Draper CE, de Villiers A, Lambert EV, Fourie J et al. HealthKick: a nutrition and physical activity intervention for primary schools in low income settings. BMC Public Health 2010; 10:398-99.