L’obésité de la mère à l’enfant

Editeur(s): J, Bhatia Annales Nestlé Vol.72 / 1 , 2014

Sommaire

L’obésité étant considérée comme une épidémie mondiale commence à susciter beaucoup d'intérêt aussi bien par les mécanismes qui en résulte que par ses effets sur la santé de la population. À cette fin, l'effet de la nutrition maternelle (la sous et suralimentation) sur le fœtus et le nouveau-né est à l'étude. L’état nutritionnel de la mère étant influencé pas uniquement par ses apports alimentaires mais aussi par son état infectieux, sa surcharge de travail, etc. La nutrition de la mère avant, pendant et après la naissance peut influencer la santé future de l’enfant. Ce numéro des Annales Nestlé, met en lumière de nouvelles informations sur la programmation trans générationnelle, les mécanismes modifiant l'appétit et l’épigénome ainsi que l'effet de la suralimentation postnatale sur la descendance et propose une stratégie de prévention possible destiné à la future génération de mères.

ARTICLES
  • Programmation du développement et transmission transgénérationnelle de l'obésité

    Auteur(s): M. Vickers

    La pandémie mondiale d'obésité est souvent liée à des changements importants dans le régime alimentaire et le mode de vie à savoir une augmentation remarquable des apports alimentaires avec des régimes à haute valeur énergétique et la réduction concomitante des niveaux d'activité physique. Toutefois, beaucoup moins d'attention a été accordée au rôle de la plasticité phénotypique et ses altérations résultant des perturbations de l'environnement au cours de la première période de vie. Des études humaines et animales ont mis en évidence le lien entre les modifications de l'environnement au début de la vie et une susceptibilité accrue à l'obésité et aux troubles métaboliques associés dans la vie future.

    Il a été démontré en particulier qu’une nutrition maternelle altérée que ce soit par dénutrition ou par obésité, peut conduire à la transmission trans-générationnelle des troubles métaboliques. Cette association a été conceptualisée par « l'hypothèse de la programmation du développement », qui stipule que l'environnement pendant les périodes critiques de la plasticité et de développement peut provoquer des effets permanents sur la physiologie de la progéniture. En outre, les preuves à ce jour suggère que cette programmation de développement est un phénomène transgénérationnel, avec un certain nombre d'études montrant la transmission des effets de programmation pour les générations suivantes, même en l'absence de facteurs de stress environnementaux continus, perpétuant ainsi le cycle de l'obésité et des troubles métaboliques.

    Les mécanismes responsables de ces effets transgénérationnels sont encore mal compris; toutefois les preuves à ce jour suggère un certain nombre de mécanismes potentiels qui sous-tend la transmission transgénérationnelle du phénotype de développement programmé à la fois de la ligné maternelle et paternelle. La transmission du phénotype transgénérationnel est souvent considérée comme une forme de transmission épigénétique avec des preuves montrant des modifications épigénétiques de l'héritage à la fois de la lignée germinale et somatique menant à des changements phénotypique entre les générations. Cependant, il existe également des preuves du rôle des composants non-génomiques ainsi que l'interaction entre l'environnement et le développement du fœtus in utero dans la perpétuation de phénotypes programmés. Une meilleure compréhension de la façon dont le développement des effets de programmation est transmis est essentielle pour la mise en œuvre d'initiatives visant à lutter contre la crise actuelle d'obésité.

    Fermer le résumé
    Voir le sommaire (pdf) Voir le texte complet (pdf)