Microbiote

Editeur(s): Hania Szajewska, Warsaw Annales Nestlé Vol.67.1 , 2009

Sommaire

Chez l’homme, les cellules microbiennes sont dix fois plus nombreuses que les cellules de l’organisme et leur concentration est la plus élevée dans les voies digestives. Les techniques microbiologiques actuelles ont permis d’identifier 500 à 800 espèces différentes. Ces microbiotes interviennent dans de nombreuses fonctions clés, notamment métaboliques, trophiques et protectrices (barrière). Un grand nombre de ces micro-organismes entretiennent la santé, tandis que d’autres sont potentiellement pathogènes. Ce concept n’est pas nouveau, et il est donc surprenant de constater à quel point le rôle et les mécanismes précis par lesquels ces micro-organismes contribuent à la santé ou à la maladie humaine demeurent peu connus. Ce domaine a cependant suscité un regain d’intérêt remarquable ces dix dernières années, au moins en partie en raison des développements récents des technologies moléculaires. Reconnaissant l’importance des micro-organismes, les National Institutes of Health ont mis en place le projet Microbiome en 2007. Le microbiome humain est le génome collectif de tous les microorganismes présents dans le corps humain ou sur celui-ci. Ce domaine étant largement inexploré, les objectifs de ce projet sont les suivants: (1) déterminer si des sujets partagent un microbiome humain commun, (2) savoir si des modifications du microbiome humain peuvent être corrélées à des modifications de la santé humaine, (3) développer les nouveaux outils technologiques et bioinformatiques nécessaires à l’atteinte de ces objectifs, et (4) aborder les implications éthiques, légales et sociales des recherches sur le microbiome humain.

ARTICLES